Sorry, no posts matched your criteria.
Image Alt
Accueil • MOTHER EARTH  • Muudana : « Le tissage traditionnel est une histoire de femmes, de plantes et de savoir-faire »

Muudana : « Le tissage traditionnel est une histoire de femmes, de plantes et de savoir-faire »

Aude Schaeffer, la fondatrice de Muudana, est une voyageuse férue de rencontres et avide de découvrir des savoir-faire ancestraux encore souvent méconnus. Comme bon nombre de jeunes entrepreneurs, elle ne vient pas du monde de la mode. Après avoir fait des études de gestion, elle a obtenu un master en entrepreneuriat et développement durable. Mais déjà, adolescente, elle s’adonnait à la peinture et rêvait d’être styliste de mode. Son arrière grand-mère qui était couturière avait pu l’influencer sur ce rêve aujourd’hui devenu réalité.

Comment avez-vous eu l’idée de créer Muudana?

Au fil de mes voyages je suis tombée amoureuse des tissus traditionnels. Je me suis rendue compte qu’ils étaient à la fois vecteur d’identité, de culture et d’histoire, et en même temps en danger puisqu’ils étaient dévalorisés et remplacés par des copies industrielles venant souvent de Chine. C’est au Pérou que j’ai eu l’idée de créer une marque de vêtements qui associerait ces beaux tissus traditionnels à une coupe contemporaine soignée. La démarche éco-responsable était une évidence pour moi, étant sensible à ce sujet .

Que représente pour vous la mode éthique et éco-responsable?

Pour moi, c’est ce que doit être la mode en général. Et ce qu’elle sera un jour j’espère… Après avoir vécu dans de nombreux pays en développement sur trois continents, je connais les mauvaises conditions de travail. J’ai vu la misère dans laquelle des travailleurs peuvent vivre. J’ai aussi vu l’impact de la pollution et du changement climatique dans de nombreuses régions. Changer les pratiques de la mode est donc pour moi un combat indispensable. Mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir….

Parlez-nous de la collection intemporelle…

Quand on rentre dans une démarche de consommation responsable on rationalise ses achats. Au niveau vestimentaire on privilégie les basiques, tout en investissant de temps en temps dans des pièces plus originales. C’est cela que j’ai voulu retranscrire dans la création d’une collection intemporelle. Elle est composée de basiques twistés par la petite touche de tissus traditionnels propre à Muudana. Ce sont des modèles « best sellers » depuis la création de la marque car leur coupe est confortable, bien adaptée à différentes morphologies (même si on ne peut jamais plaire à tout le monde). Ils peuvent se porter et s’accessoiriser de nombreuses façons, ce qui en fait des vêtements à porter tous les jours ou pour des occasions plus habillées. 

Cette capsule intemporelle, en vente sur le site, est composée du top Apsara, en coton fluide et léger avec un col en soie sauvage qui apporte un détail élégant et discret. Ce top est aussi décliné en robe. Il y a aussi le pantalon Garuda en coupe droite très classique égayé par une belle ceinture en soie ; l’écharpe unisexe Ream en coton très doux, au tissage épais et élégant et la chemise Kirirom, blanche ultra classique pour homme, agrémentée de détails en soie au poignet et sur le col.

Quels voyages vous ont le plus marqué et qu’avez-vous découvert? 

Difficile de citer un pays plus qu’un autre! Tous les pays ont des savoir-faire magnifiques qui me fascinent et m’inspirent. Mais ce qui est commun à tous aussi malheureusement, c’est que ces savoir-faire authentiques sont souvent cachés et réservés à un public éclairé. Ce qu’on trouve en général dans les marchés touristiques ce sont des copies industrielles, aux couleurs criardes, au tissus synthétiques se faisant passer pour de la soie ou de l’alpaga, et à la confection de piètre qualité. Il faut chercher pour trouver les vrais savoir-faire authentiques. Et là s’ouvre un monde magnifique, porté le plus souvent par des femmes besogneuses et expérimentées. C’est une vraie passion pour moi que d’aller rencontrer ces artisanes, de voir comment elles tissent, comment elles teignent…

J’ai des souvenirs magiques au nord du Vietnam, dans une région éloignée difficilement accesible. Des femmes travaillant le chanvre, l’assouplissant durant des heures avec des mortiers de pierres, pour qu’il devienne doux, souple et lustré.

D’autres femmes au nord du Laos transmettant de génération en génération leurs pots de teinture d’indigo naturel. J’ai vu des villages entiers dédiés à la teinture et au tissage de cette merveilleuse couleur végétale.

Il y a aussi le bogolan et le pagne tissés en Afrique totalement effacés par le wax. Pourtant ce sont eux les véritables tissus africains. Le batik en Indonésie, le block printing en Inde, le tissage de l’alpaga au Pérou… Le tissage traditionnel est souvent une histoire de femmes, de plantes et de traditions anciennes. C’est cela qui me plait. 



Quels sont vos projets pour 2022 ?

Développer un réseau de boutiques revendeuses. Car j’aime que mes clients puissent voir et toucher les tissus. Les photos, même avec un excellent photographe, ne permettent pas de rendre la mesure de ceux-ci. Entre un véritable tissu traditionnel et un tissu industriel, la différence se sent au toucher.

Que diriez-vous aux consommateurs de produits de mode courants pour consommer différemment, de façon plus consciente?

Prenez votre temps ! D’une part pour opérer cette transition qui n’est pas facile. D’autre part pour choisir et utiliser ses vêtements. Commencez par une pièce. Qu’elle est le vêtement donc vous auriez réellement besoin ? Prenez ensuite le temps de le trouver chez une bonne marque, avec une belle coupe, qui vous aille. Il sera plus cher mais vous le porterez plus longtemps. Ensuite prenez le temps d’en prendre soin. De le laver de manière adaptée. Le sécher, l’entretenir, le réparer de manière adéquate pour qu’il dure le plus longtemps possible. 

Crédit photos : Philippine de Joussineau

https://muudana.com

Retrouvez l’actualité de la mode éthique et éco-responsable dans notre magazine